Fifigrot c'est à Muret les 20 et 21 septembre!

Le programme Fifigrot :

3 films en avant-première et en VO

  • Jeudi 20/09 à 18h30 : Diamantino ( Gabriel Abrantes, Daniel Schmidt) ( 1h32) avec Carloto Cotta, Cléo Tavares
  • Jeudi 20/09 à 21h : Les invisibles ( Louis-Julien Petit) (1h42) avec Audrey Lamy, Corinne Masiero
  • Vendredi 21/09 à 21h : I feel good ( Benoît Delépine, Antoine Kervern ( 1h43) avec Jean Dujardin, Yolande Moreau
Diamantino : Ce personnage, inspiré par Cristiano Ronaldo, icône absolue du football, est capable à lui seul de déjouer les défenses les plus redoutables; et voilà que le jour où il joue le match le plus important de sa vie, son génie n’opère plus.....Sa carrière est stoppée net... Commence alors une folle odyssée....






Ce long métrage burlesque traite de sujets des plus sérieux : crise des réfugiés, culte de la célébrité, montée de l’extrême droite… de manière à la fois inventive, légère et libre. Cette « pop fiction » inclassable a été sélectionnée à la Semaine de la critique. Est-ce un polar, de la science-fiction, un film romantique, un conte politique ?Un film à découvrir!

Les invisibles : Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !



Le réalisateur de "Discount" nous offre à nouveau une comédie sociale entre émotion et éclats de rire résolument ancrée dans le réel.

Les invisibles effleure mais évite l'écueil de l'acharnement contre une administration aveugle et lente. Le réalisateur ne souhaitait pas refaire ce que Ken Loach a magnifiquement réussi avec I, Daniel Blake. Pari réussi!

I feel good : Monique dirige une communauté Emmaüs près de Pau. Après plusieurs années d’absence, elle voit débarquer son frère, Jacques, un bon à rien qui n’a qu’une obsession : trouver l’idée qui le rendra riche. Plus que des retrouvailles familiales, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent.



Fidèles à leur cinéma toujours aussi délicieusement singulier, Gustav Kervern et Benoît Delépine régalent. I Feel Good est une comédie décapante généreuse en rires, capable de touches d’émotion. Cette œuvre pertinente dénonce sans sombrer dans la caricature grotesque qu’aurait pu facilement drainer son ton décalé. A l’arrivée, une farce savoureuse écrite avec beaucoup d’inspiration et menée par un tandem au sommet de son art. Kervern et Delépine signent probablement leur meilleur film à ce jour.