On a 20 ans pour sauver le monde

Dimanche 24 juin à 10h30

Film de Hélène Médigue
Durée: 1h26 - Sorti en 2018


Débat en présence de Virginie, Lucie et Julien, maraîchers bio de la ferme du Matet à Martres-Tolosane. Etre agriculteurs bio aujourd’hui est une mission d’intérêt public. @lafermedumatet



Changer le monde par la voie des champs est le projet des protagonistes engagés de ce film. Dès les premières images, le film nous alerte sur le désert agricole français: "60% des sols sont morts". Le film bénéficie d'une musique sur mesure. A travers les témoignages d'agriculteurs, spécialistes, ministres et chefs d'entreprises, le documentaire nous amène à réfléchir à un modèle agricole plus respectueux de notre environnement et économiquement viable. Les sols sont épuisés et saturés de produits chimiques.



Au fil des rencontres, l'équipe de tournage tente de convaincre dirigeants, hommes de terrain et citoyens d'une évolution urgente des pratiques agricoles. Elle s'attache à relier deux mondes agricoles et non à les opposer.


Même si le titre du film indique qu'on a 20 ans pour changer les choses, cette durée ne fait pas l'unanimité. Certains sont plus alarmistes, alors que les changements sont longs à mettre en place. 







America

18 juin à 20h30

Réalisateur: Claus Drexel (2018)
Documentaire de 1h22 - sorti en 2017

Projection suivie d'un débat animé par Françoise Coste, professeur d'études américaines à l'Université Toulouse - Jean Jaurès, spécialiste de l'histoire de la droite américaine et auteur d'une biographie de Ronald Reagan, Reagan (Perrin, 2015).



En novembre 2016, quand les américains se préparent à élire leur président, Claus Drexel se rend à Seligman, en Arizona, à la rencontre de l'"Amérique qui a voté Trump". Plusieurs habitants supporteurs de Trump apportent leur témoignage. On découvre des personnages typiques de l'Amérique profonde et rurale, base électorale du Président américain. Le réalisateur interviewe les "Rednecks", ces patriotes qui refusent de se plier au diktat de l'Etat. Loin du cliché du plouc obtus, il nous dévoile un panel de campagnards rustres ou plein de bons sens qui ne laisse pas indifférent.



Le film nous offre de belles photos aux plans de cartes postales et aux cadrages grand angle. Le réalisateur plante sa caméra dans les plaines du Far West et nous montre les contrastes d'un pays immense qui suscite à la fois admiration et défiance.


On nous montre Seligman, une ville traversée par la mythique Route 66 qui a déjà fait l'objet d'un documentaire "We blew it" de Jean-Baptiste Thoret, sur le même thème. 

Il s'agit d'une ville qui a connu son heure de gloire, un lieu de grand passage où certains migrants à la recherche du rêve américain se sont installés, trop fatigués pour continuer le périple. Mais suite à la construction d'une autoroute qui contourne Seligman, la ville est rapidement désertée et sur le déclin économique.