Ragtime dimanche 21 avril à 17h40

Ciné classique
Dimanche 21 avril à 17h40
Ragtime de Milos Forman ( 2h35)

Presque invisible depuis sa sortie en 1981, ce pamphlet du réalisateur tchèque sur l’histoire américaine du XXe siècle est sans doute son chef-d'oeuvre!



Cette magnifique fresque historique  sur l’Amérique de la Belle Epoque, film choral et engagé mêle avec virtuosité les destins de trois familles new-yorkaises, issues de  milieux sociaux différents entre 1902 et 1912.
 Trois personnages principaux : un pianiste noir, un immigré juif et futur cinéaste (autoportrait à peine voilé) et une jeune actrice féministe avant l’heure. Trois « minorités » en quête d’émancipation.



 A travers la rébellion  de ce pianiste noir humilié, se dessine un portrait ambigu d’une Amérique à la fois terre d’espoir et de ségrégation. Bafoué, humilié, cet homme demande une justice qui ne lui sera pas rendue dans un pays où les négros ne sont pas les égaux des blancs.




"Il est temps de rendre à cet hymne à l’insoumission la place qu’il mérite."
 "un portrait passionnant de l’Amérique."
 "Avec une maîtrise formelle étourdissante et un sens aigu du cadre et de la composition, Forman signe deux heures trente-cinq minutes de grand cinéma." 
 "Quant à la bande originale de Randy Newman, le compositeur de Toy Story, c'est un vrai régal!"
"Voici un  film d'un classicisme inaltérable  qui brille toujours de mille feux!"

Master Class - Formation

Les 10 et 11 mai, Vive le Cinéma à Muret offre 6 heures de formation (*) au cinéma autour des films de Cagla Zencirci et Guillaume Giovanetti

(*) : l'offre ne comprend pas ni l'accès aux films, ni le repas.



Le silence des autres: lundis du doc lundi 6 mai à 20h30

Lundis du doc

Le silence des autres ( 1h35) 

de R. Bahar et A. Carracedo


"Ce documentaire impressionnant sort de l’oubli les nombreuses victimes du franquisme et soulève la chape de plomb qui pèse toujours sur l’Espagne.



« L’Espagne est pleine de charniers… » Ces mots saisissants n’en finissent pas de résonner dans ce documentaire, qui s’ouvre sur le visage d’une vieille femme accablée de chagrin. Sous la route qui mène à son village, une fosse commune a été, il y a longtemps, recouverte par le ­macadam : le cadavre de sa mère y fut jeté par les franquistes. D’autres morts sans sépulture hantent le pays, qui les a rayés de sa mémoire."

Il ne faut pas oublier aussi le scandale des bébés volés: des milliers d’enfants en bas âge soustraits à leurs parents pour être vendus à l’adoption.



A la chute du franquisme, la loi d’amnistie a bâillonné, au nom de l’unité nationale, les survivants. Il n’y a donc eu ni procès des dignitaires du franquisme ni commission de vérité et réconciliation.


"Depuis 2012, les réalisateurs suivent l’action menée par des descendants d’hommes et de femmes exécutés sous le franquisme. Pour pouvoir réclamer justice, ils ont dû déposer plainte en Argentine.




Tout est prétexte pour repousser le procès définitif du régime de Franco. Avec beaucoup de force, ce documentaire dénonce le déni de justice. Il montre aussi que ce passé refoulé s’est inscrit dans la chair de ceux qui en ont reçu en héritage le supplice d’une mère, l’exécution d’un père, d’un grand-père. Ce sont eux, les citoyens, les anonymes, qui veulent réconcilier l’Espagne avec sa vérité, contre les politiques, qui font obstruction. Ce combat exemplaire trouve toute sa résonance à l’écran." (Télérama)



"Des témoignages bouleversants qui mettent en relief les traumatismes d’un pays qui continue de privilégier l’amnésie, incapable de regarder son histoire en face."

"Un tournage de six ans, un état des lieux cruel, un film de combat, à la fois nécessaire et poignant. Dans le genre, un modèle."

"C’est un beau film : personnages forts, suspense tenu jusqu’au bout. Un grand documentaire!".

Projection suivie d’un débat animé par Christine Martinez-Medale, témoin des exactions du franquisme et Brigitte Le Meudec, adhérente d'une association de voisins et voisines de Barcelone et précédée du décrochage de l’exposition à 19h “Hommage aux Républicains Espagnols qui ont lutté pour la démocratie et la liberté”.