semaine du 26 novembre au 2 décembre


QUANTUM OF SOLACE
De Marc Forster (USA 2008) (1h50)
Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko,
Mathieu Amalric, Judi Dench

James Bond revient ! Ce nouvel épisode fait suite à Casino Royale. Le célèbre agent secret sera confronté à un homme d’affaires impitoyable qui veut contrôler une des ressources naturelles les plus importantes du monde. Sa mission l’entraîne en Autriche, en Italie, en Amérique du Sud ; traîtrises, meurtres, action, effets spéciaux : l’épisode 22 est un bon cru !!

Plus d'infos sur ce film


LE PLAISIR DE CHANTER

De Ilan Duran Cohen (France 2008)
(1h38)

Avec Marina Foïs, Jeanne Balibar,
Lorant Deutch, Guillaume Quatravaux


Un couple d’espions désinvoltes et immatures, formant un improbable duo amoureux, se voit confier une mission : mettre la main sur une clé USB cachée par Constance, la veuve d’un trafiquant d’uranium fraîchement assassiné. Cette dernière, passionnée de chant lyrique, va entraîner notre duo dans un cours de chant lyrique, qui se révélera être un nid d’espions ! Une intrigue délirante, des comédiens irrésistibles, un ton impertinent, déconcertant font de cette brillante comédie un vrai plaisir pour le spectateur ! En sortie nationale.

Plus d'infos sur ce film



HOME SWEET HOME

De Didier Le Pêcheur
(France 2008) (1h40)

Avec Judith Godrèche,
Patrick Chesnais, Daniel Prévost



De retour chez son père, pour se reposer quelques jours, Claire assiste aux scènes de ménage entre son père et un vieil ami, Gédéon, qui vit sous le même toit. Au même moment, un policier, qui enquête sur la mort d’un homme du village, joue les séducteurs auprès de Claire. Par son humour décalé et son ton parfois absurde, cette comédie réussit avec brio à nous divertir et à nous détendre !


Plus d'infos sur ce film


A CÔTE


De Stéphane Mercurio

(France 2007) (1h32)


Des femmes qui attendent, qui se font belles, qui se remontent le moral, qui craquent parfois, espèrent toujours. Dans la petite maison d’accueil de Ti-Tomm, accolée au mur de la prison des hommes de Rennes, les familles de détenus attendent l’heure du parloir. En restant à côté, ce film propose une approche frontale de la réalité carcérale. Ce documentaire est une bouleversante aventure qui nous touche par la puissance des témoignages, la pudeur et la tendresse du réalisateur !



Plus d'infos sur ce film

La projection du 1 décembre sera suivie d’un débat avec les associations qui prennent en charge ces familles :

  • l'Association le Passage (accueil des familles de détenus à la maison d'arrêt de Seysses),
  • l'Oustal (accueil des familles de détenus au Centre de Détention de Muret),
  • Perspectives Prison-Ville (Association Nationale des Visiteurs de Prison).


MOSCOW, BELGIUM

De Christophe Van Rompaey


(Belgique 2008) ( 1h42)
Avec Barbara Sarafian,
Jurgen Delnaet, Johan Heldenbergh


Abandonnée par son mari, qui l’a quittée pour une femme bien plus jeune, Matty (41 ans) vit avec ses 3 enfants à Moscow, quartier populaire de Gand, en Belgique. Sur le parking d’une grande surface, sa voiture se fait accrocher par le camion de Johnny. Contre toute attente, et presque malgré elle, Matty va s’éprendre de Johnny ! Cette pépite, qui nous vient des Flandres trouve le ton juste, émouvant, drôle, chaleureux et nous communique bonne humeur et dynamisme !


Plus d'infos sur ce film


Dimanche 30 novembre à 18h
DOCTEUR FOLAMOUR


De Stanley Kubrick

(USA 1963)VO
(1h33)
Avec Peter Sellers, George C Scott,
Sterling Hayden, Keenan Wynn


Persuadé de l’existence d’un complot communiste, le général Ripper lance une attaque de bombardiers B-52 vers l’URSS et isole la base militaire du reste du monde. Le Président des Etats-Unis convoque son état-major, prévient les instances politiques soviétiques et donne l’ordre de neutraliser la base du général. Les avions sont rappelés mais l’un d’eux manque à l’appel et continue de voler vers ses objectifs. Le Président demande alors conseil au Dr Folamour, un ancien physicien nazi, pour connaître les chances de survie alors qu’une terrible bombe menace la planète.

« J'ai eu l'idée de cette comédie cauchemardesque, après avoir entendu le Président Kennedy dire que la guerre atomique, que l'on déclenche uniquement en pressant un bouton, a mille fois plus de chance d'avoir lieu à la suite d'une erreur ou d'un geste de folie, que de se déclarer sur l'ordre effectif des responsables.L’image réelle ne pénètre ni ne transcende. Ce qui m’intéresse maintenant, c’est de prendre une histoire fantastique et invraisemblable et de tenter d’aller jusqu’au fond, faisant en sorte qu’elle paraisse non seulement vraie mais encore inévitable. »