dimanche 10 mars à 18h conférence de N T Binh

à 18h : conférence de N. T Binh

"les débuts de la comédie musicale avec Lubitsch"




N. T Binh est critique à la revue Positif, enseignant de cinéma à l'université Paris 1 Sorbonne, Commissaire de l'exposition "Comédies musicales, la joie de vivre au cinéma" à la Philharmonie de Paris


à 19h : Le lieutenant souriant ( Lubitsch) (1h33)





Le lieutenant viennois Niki est amoureux d’une violoniste, Franzi, à qui il envoie un clin d’œil en pleine parade. La princesse Anna le prend pour elle et s’enflamme pour le lieutenant souriant. Niki est pris au piège : pour ne pas compromettre la princesse, la seule solution honorable est qu’il l'épouse…




Considéré comme perdu pendant des décennies avant sa redécouverte dans les années 1990, Le Lieutenant souriant fut dès sa sortie en 1931 l’un des grands succès (publics et critiques) du cinéaste. C'est un charmant florilège de la «Lubitsch Touch»

« C’est la moins connue des opérettes de Lubitsch. C’est aussi, sinon, la plus brillante, peut-être la plus délicieuse. Il s’agit d’une rencontre de styles et d’influences. L’intrigue se souvient de La Parade d’amour, le ton mélancolique évoque Le Prince étudiant et l’importance du détail vestimentaire annonce délicatement La Veuve joyeuse. Le sacrifice de Franzi laisse poindre une goutte d’acidité. Le charme conjugué de Claudette Colbert et Miriam Hopkins, ici pour la première fois dirigées par Lubitsch, achève de nous transporter. » (N. T Binh)



Le talent de Lubitsch éclate déjà dans ce film, avec évidence, en attendant les grands chefs d'oeuvre que seront, entre autres, "Sérénade à trois" (1933) et "La huitième femme de Barbe Bleue"


Finesse des dialogues et des situations avec une pointe délicieuse d'érotisme, Le lieutenant souriant est un régal !