On revient de loin

"Opération Corréa", épisode 2 - on revient de loin.

Les dimanches du Mermoz : 16 octobre 2016 à 10h30

Le président équatorien Rafael Correa a envoyé le 5 juin 2015 à l’Assemblée nationale un projet de loi « pour la redistribution des richesses » taxant à 77,5 % les héritages supérieurs à 849 600 $. Si le projet de loi avait été adopté, les grandes fortunes ne pouvaient plus transmettre à leur enfants la majeure partie de leur patrimoine. Cette mesure visait à mettre fin aux dynasties qui accaparent le pouvoir économique et se le transmettent de génération en génération. Face à la lever de bouclier de la bourgeoisie et des médias proche de celle-ci, Correa a dû reculer

Si le gouvernement de Rafael Correa défend l’intérêt général en matière d’éducation (gratuite), de santé (pour tous), de logements (sociaux), etc, il le fait sans mobilisation populaire, sans toujours consulter les citoyens, du moins en dehors des périodes électorales.

Ce film en avant-première, soutenu par les Amis du Monde Diplomatique pose de nombreuses questions : Peut-on imposer le bonheur d’en haut ? Peut-on proposer une politique « progressiste » sans l’implication des principaux bénéficiaires ?

Pour en savoir plus sur l'équateur de 2016, trois articles remarquables dans El Telegrafo de Anne-Dominique CORREA ,étudiante en Sciences Politiques Paris


Ingérence états-unienne, résurgence des partis de droite en Amérique latine et course à la présidence de Donald Trump et Hillary Clinton : le président équatorien Rafael Correaévoque pour RT les sujets essentiels pour l'avenir de son continent.
En Equateur, la politique anti-écologique et autoritaire de Rafael Correa est vivement contestée
Equateur: l'exploitation controversée du gisement pétrolier de Yasuni a commencé