Du 26 mars au 1° avril 2008



PARIS (2h10) De Cédric Klapisch (France 2008)
Avec Juliette Binoche, Romain Duris, Fabrice Luchini,
Albert Dupontel, Karin Viard

Il est malade et a peur de mourir. Du coup, il va s’attacher à la vie et observer d’un regard neuf les autres et cette superbe ville, Paris ! Des maraîchers, une boulangère, un danseur, un prof de fac, un SDF et même un clandestin se croisent dans ce film choral. Des rencontres, des joies, des malheurs ponctuent la vie de tous ces personnages et font le charme attachant de ce film qui a pour écrin une ville magnifique, qui ne fut jamais aussi bien filmée !


* * * * * *
L’HEURE D’ETE (1h42) de Olivier Assayas (France 2008)
avec Charles Berling, Juliette Binoche, Jérémie Renier,
Edith Scob, Dominique Reymond, Valérie Bonneton

En vacances estivales, tous les membres d’une famille fêtent les trois quarts de siècle de la grand-mère. Peu de temps après, cette dernière meurt et la famille doit se mesurer à la dispersion de l’héritage dont les oeuvres d’un oncle artiste peintre. « Un film élégant, fin touchant, où il est question d’une famille bourgeoise, d’une maison, du poids de ce qu’elle
représente, de sa répartition entre les héritiers : un film complexe et sensible ». La séance du vendredi 28 mars sera suivie d’un débat animé par Charles TESSON.

Bande annonce
* * * * * *

JULIA (2h30) de Erick Zonca (France 2008)
Avec Tilda Swinton, Kate Del Castillo,Saul Rubinkek,

Julia, séductrice et grande gueule a bien du mal à cacher son alcoolisme. Prise dans un engrenage infernal, elle kidnappe Tom, un enfant de 8 ans. Commence alors une cavale à travers le sud des Etats-Unis aux paysages désertiques somptueux jusqu’au Mexique.10 ans après “ la vie rêvée des anges ”, Erick Zonca nous livre un polar, road movie au rythme trépidant et offre à sa comédienne un magnifique rôle de femme sans amarres qui s’humanise. Un petit bijou !
* * * * * *

LA RONDE DE NUIT (2h05) de Peter Greenaway
(Grande Bretagne/Pays Bas 2007) VO
Avec Martin Freeman, Eva Birthistie, Johdi May

Amsterdam 1642 : à la demande de son épouse Saskia enceinte, Rembrandt accepte une commande, un portrait de groupe de la milice civile d’Amsterdam. En travaillant à “ La ronde de nuit ”, le peintre prend conscience de l’existence d’un complot au sein même du groupe.Ce film
prétexte à revisiter un chef d’oeuvre de la peinture nous régale d’éclairages, compositions et teintes. L’intrigue nous captive et interroge sur le rôle du sexe et de l’argent dans l’art. Éblouissant !
* * * * * *

Jeudi 27 mars à 21h : Rétrospective
L’ENTERREMENT DU SOLEIL (1h27)
de Nagisa Oshima (Japon 1960) VO
avec Masahiko Tsugawa, Kayoko Honoo,
Aux portes d’Osaka,l’immense bidonville de Kamagasaki, zone de misère et de corruption, où chacun tente de survivre. Tashu et Takeshi entrent dans le gang du parrain local, tandis que Hanoko offre vêtements et nourriture aux plus pauvres en échange de leur sang. Cinéaste contestataire, Oshima dénonce l’hypocrisie du cinéma humaniste de gauche.

* * * * * *

BENJAMIN GATES ET LE LIVRE DES SECRETS
De Jon Turteltaub (USA 2008) (2h04)
Avec Nicolas Cage, Jon Voight, Diane Kruger

On retrouve la page manquante du journal de l’assassin de Lincoln. Tout indique qu’un ancêtre de Benjamin Gates a joué un rôle clé dans cette conspiration. Notre aventurier va remonter la piste, et affronter mille dangers ! Un film trépidant, drôle et malin à voir dès 10 ans.


* * * * * *

Mercredi 26 mars à 21h
Soirée dans le cadre des Rencontres d’Amérique Latine,
en présence du réalisateur Enrique Fernandez

EL BANO DEL PAPA : les toilettes du Pape (1h37) VO
de Enrique Fernandez et Cesar Charlone
(Fce/ Brésil/Uruguay 2007)
avec Cesar Troncoso, Virginia Mendez, Mario Silva

1988 à Melo : petite ville d’Uruguay à la frontière brésilienne qui survit de la contrebande. Melo attend fébrilement la visite du Pape Jean Paul 2. Les médias annoncent des milliers de pèlerins, qui seront autant de consommateurs potentiels…Chacun se met au travail, cuisine en prévision de cette journée. Beto, notre héros a une idée plus originale : construire des toilettes publiques, où les pèlerins pourront venir se soulager. Beto multiplie les allers-retours à la frontière sur son vieux vélo, pour passer les produits de contrebande nécessaires à son projet… Inspiré de faits réels, ce film porte un regard plein d’humanité et d’humour sur ses personnages.