la solitude du coureur de fond


Ciné classique


Dimanche 15 octobre à 18h30





L'histoire

Par un soir d'hiver, à Notthingham, Colin Smith et son comparse cambriolent une boulangerie et s'enfuient avec la caisse. Le jeune Colin est arrêté et aussitôt envoyé en maison de redressement. Là, le directeur va vite découvrir ses talents de coureur de fond et penser à exploiter cette aptitude. C'est pendant ces longues courses solitaires que le jeune homme s'évade en rêveries, déroule le film de sa vie passée, avec ses douleurs familiales et ses joies amoureuses.

Point de vue critique :



"Ce film-culte, éloge de l'insoumission, est ancré dans le Free cinéma anglais, mouvement proche de la Nouvelle Vague française.

Modernité de la mise en scène.

Déconstruction intelligente des codes de la narration, caméra très mobile, comédien désarmant de naturel, ce film concentre le meilleur du Free cinéma"



"Une œuvre unique, forte et dénonciatrice de la violence sociale d'un pays aux profondes inégalités".

"Cousin anglais d’Antoine Doinel dans Les 400 Coups, il annonce les personnages déshérités des œuvres de Frears, Lee et Loach, bien avant les ravages sociaux du thatchérisme. Poétique par son écriture cinématographique et politique par sa rage dénonciatrice, La solitude du coureur de fond est donc bien une date clef dans l’histoire du cinéma anglais"