semaine du 20 au 26 avril 2011

LA FILLE DU PUISATIER

De Daniel Auteuil

(France 2011)(1h45)

Avec Daniel Auteuil,
Kad Merad,
Astrid Bergès-Frisbey,
Sabine Azéma,
J P Darroussin

Patricia, 18 ans, rencontre par hasard Jacques un jeune pilote de chasse; ils tombent amoureux, se revoient et puis Jacques est envoyé au Front. Patricia, enceinte, trouve refuge auprès de son père, le puisatier ; ensemble, ils auront la joie d'accueillir l'enfant. Daniel Auteuil adapte ici Pagnol et s'approprie avec brio le rôle de Raimu. Cette production ensoleillée aux dialogues savoureux, tournée dans les décors naturels de la Provence, nous offre un grand moment d'émotion, de tendresse et de poésie. Cure de cigales garantie !
En sortie nationale




ET SOUDAIN TOUT LE MONDE ME MANQUE

De Jennifer Devoldère

(France 2011)(1h38)

avec Mélanie Laurent,
Michel Blanc,
Géraldine Nakache,
Florence Loiret-Caille

Une famille c'est compliqué, surtout quand le père Eli, bientôt 60 ans, attend un enfant de sa nouvelle compagne ! Ses deux grandes filles, dont l'une, Dom, cherche à adopter et l'autre, Justine, change souvent de petit copain, sont très perturbées par cette nouvelle ! Une famille sur le point d'imploser ? Un père déjanté, perturbé mais tendre ? Une tranche de vie ? Difficiles relations entre un père et sa fille ? Tous ces ingrédients se mêlent dans cette jolie comédie, tendre, pleine de charme, de situations drôles, de moments d'émotion, portée par descomédienstalentueux !!
En sortie nationale





THE COMPANY MEN

De John Wells

(USA 2011) VF ou VO (1h52)

Avec Ben Affleck,
Chris Cooper,
Kevin Costner,
Tommy Lee Jones

Bobby est l'incarnation même du rêve américain : il a un très bon travail, une merveilleuse famille et une Porsche toute neuve. Mais lorsque la société qui l'emploie, réduit ses effectifs, Bobby se retrouve au chômage, comme ses collègues Phil et Gene. Il est rare, que le cinéma hollywoodien s'attache à décrire les réalités économiques et sociales et l'envers du rêve américain. Et pourtant, ce portrait de cadres au chômage est un film revigorant, plein d'humour, juste, chaleureux, humain, servi par un trio d'acteurs formidables de retenue. A voir !



JIMMY RIVIERE

de Teddy Lussi-Modeste

(France 2011) (1h30)

avec Guillaume Gouix,
Béatrice Dalle,
Hafsia Herzi

Jimmy, un jeune gitan nerveux, se convertit au Pentecôtisme sous la pression de sa communauté. Mais comment renoncer à ses deux passions ? Peut-il refuser les combats de boxe thaï et résister à son désir pour Sonia ? Cet excellent premier film très prometteur, sensible et émouvant, mis en scène avec une rage contenue, porte un regard tendre sur les Gens du Voyage. Il a obtenu le prix du public au Festival Premiers Plans à Angers



LE ROMAN DE MA FEMME

de Djamshed Usmonov

(France 2010) (1h40)

avec Léa Seydoux,
Olivier Gourmet,
Gilles Cohen

Paul disparaît subitement, laissant derrière lui, sa femme Eve et des dettes énormes. La police ouvre une enquête. Eve reçoit alors le soutien de Maître Chollet, un avocat ami de son mari, qui l'aide à remonter la pente, rachète ses dettes. Ils deviennent très proches... Un film, qui évoque l'ambiance feutrée des films de Chabrol, où l'apparente douceur dissimule de terribles secrets et des pensées sordides. Entre Hitchcock et Simenon, un film au suspense convaincant.



RANGO

De Gore Verbinski

(USA 2011) (1h56)

Rango, un caméléon névrosé et solitaire, quitte sa vie protégée d'animal de compagnie pour vivre une grande aventure dans l'Ouest américain. Il arrive ainsi dans une ville, où des méchants sèment la terreur et va s'improviser shérif. Nous voilà donc en plein western revisité à l'échelle animalière ! Du grand spectacle, divertissant, intelligent, bourré de gags hilarants ! Cet excellent film d'animation ravira les enfants (dès 7 ans), séduira les ados et les parents et démontre que sans 3D on peut être plus inventif que Pixar ou Dreamworks !



LA VIACCIA

de Mauro Bolognini

(Italie, France,1962) (1h52)

avec Jean-Paul Belmondo,
ClaudiaCardinale,
Pietro Germi…

Le jeune Amerigo quitte sa campagne natale pour la ville, où il travaille chez son oncle. Tombé follement amoureux de la prostituée Bianca, il fait tout pour subvenir à ses besoins, allant même jusqu’à voler son oncle. Renvoyé par celui-ci, il devient videur dans la maison close dont Bianca est l’une des pensionnaires. La viaccia est adapté d’un roman de Mario Pratesi. Sur cette trame qui évoque Zola, le film de Mauro Bolognini est à la fois un grand drame passionnel sans espoir et une peinture sociale qui met en relief les différences entre la grande pauvreté des campagnes et la relative aisance de la bourgeoisie des villes. C’est aussi le triomphe de la passion sur la raison. Filmé en noir et blanc, La viaccia restitue parfaitement l’atmosphère du tournant du siècle, avec ses décors de maisons closes, lourdement chargés de tentures et de colifichets. Jean-Paul Belmondo (ici doublé en italien) apporte beaucoup de fraîcheur et de candeur tandis que Claudia Cardinale donne une belle interprétation, surmontant parfaitement la relative rigidité du texte. On lui doit les plus belles et les plus émouvantes scènes du film.


Festival Hebraica, Mardi 3 mai Avant-première de Naomi

Vendredi 20 mai, dans le cadre de la Belle Bio :
Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau