semaine du 2 au 8 Fevrier 2011

RIEN A DECLARER

De Dany Boon

(France/Belgique 2010)(1h48)

Avec Benoît Poelvoorde, Dany Boon

1993 : ouverture des frontières : deux douaniers, l'un belge, l'autre français apprennent la disparition de leur poste de douane. De plus, ils se voient contraints d'inaugurer la première brigade mixte volante franco-belge. Les deux comédiens campent un couple d'antagonistes très jouissif, le teigneux contre le gentil dadais, dans cette comédie fraîche, rythmée, pleine de bonhomie, d'humour et de situations burlesques. Le film le plus attendu de ce début d'année est un divertissement très réussi !



LES EMOTIFS ANONYMES

De Jean-Pierre Améris

(France 2010)(1h20)

Avec Benoît Poelvoorde, Isabelle Carré

Angélique, chocolatière émérite, trop timide pour assumer son talent au grand jour, est embauchée comme commerciale par Jean-René, héritier d'une chocolaterie au bord du dépôt de bilan. Il est, lui aussi, d'une timidité maladive et fréquente un psy, tandis qu'Angélique assiste aux réunions des Emotifs Anonymes. Cette délicieuse comédie au charme fou réussit un équilibre brillant entre la romance sucrée et la comédie amère grâce aussi à deux merveilleux comédiens. Stimulant et tendrement burlesque !



SOMEWEHRE

De Sofia Coppola

(USA 2010) VO (1h38)

Avec Stephen Dorff, Elle Fanning

Un acteur à la réputation sulfureuse vit au château Marmont, l'hôtel de légende sur Sunset Boulevard à Hollywood. Il enchaîne les verres, collectionne les filles et roule en Ferrari. Un matin, Cléo, sa fille de 11 ans débarque. Ce film élégant, inquiétant, émouvant est un cocktail pernicieux doux, fort, entêtant, dont on sort submergé de mélancolie douce. Strass et stress s'y conjuguent joliment.
(Lion d'or à Venise 2010)




Dans le cadre du Festival Zoom Arrière organisé par la Cinémathèque de Toulouse

Vendredi 4 février à 21h

soirée exceptionnelle avec la projection d’un film perdu, retrouvé et restauré :

LA CAMPAGNE DE CICERON

de Jacques Davila

(Françe 1990)(1h47)

avec Tonie Marshall, Sabine Haudepin, Jacques Bonnaffé

Présenté par Christophe Gautier, conservateur à la Cinémathèque de Toulouse

Au chômage après avoir été viré de la pièce qu'il répétait à Paris et en froid avec sa compagne, Christian se réfugie dans les Corbières chez son amie Nathalie, laquelle est follement amoureuse d'un fonctionnaire du Ministère de la Culture un brin coincé. Christian s'installe finalement à proximité à la "campagne de Cicéron", propriété d'une autre amie. Ce film, restauré grâce à la Cinémathèque de Toulouse, tourné dans les somptueux paysages des Corbières en 1989, est une comédie douce-amère, aux dialogues riches, libres, grinçants et drôles ; il met en scène des personnages en mal d'amour, émouvants, empêtrés dans des situations burlesques: cette oeuvre singulière, lumineuse d'un réalisateur talentueux, disparu prématurément fut admirée par Rohmer " J'ai vu votre film ; ce fut un enchantement, plus encore un choc...vous apportez la rigueur, l'invention, l'intelligence, la poésie, la vérité, la beauté des mots et des gestes.... l'humour ".


LE SOUPIRANT

de Pierre Etaix

(France 1963)(1h25)

avec Pierre Etaix, France Arnel…

Pour faire plaisir à ses parents, un jeune homme rêveur, qui n’était jusque là préoccupé que par ses études, éprouve le besoin de se marier. Il déclare sa flamme à la jeune Suédoise qui vit au pair chez ses parents, mais celle-ci ne connaît pas assez bien le français pour lui répondre. Il se lance alors dans une quête désespérée qui lui permet de multiples rencontres mais qui demeure sans succès. Il retrouve alors la jeune Suédoise qui a fait d’énormes progrès en français...


YOYO

de Pierre Etaix

(France 1964)

avec Claudine Auger, Pierre Etaix…

Un milliardaire qui s’ennuie et qui rêve d’un amour perdu avec une écuyère de cirque. Une crise économique qui bouleverse l’ordre du monde. Un enfant de balle qui devient un clown célèbre et qui veut restaurer le château de son père. Et l’appel de la route qui est toujours là… Lorsqu’il tourne Yoyo, Pierre Etaix ne sait pas que son second long métrage entrera dans la légende dorée du cirque. Sans vedette et par conséquent sans publicité, naissant par surcroît d’infortune au moment où la Nouvelle Vague attroupait les critiques, Yoyo parvient à faire entendre sa petite voix et devient tout d’un coup un film culte, le chef d’oeuvre de Pierre Etaix.

Ciné Classique Dimanche à 18h30